Instruments de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Véronica Segovia

Véronica Segovia

Véronica Segovia

Costumière

Véronica Segovia a la passion contagieuse. Son désir d’aller toujours plus loin dans l’art du costume de scène implique une remise en question permanente de ses connaissances. C’est en Angleterre, en France et en Allemagne qu’elle souhaite acquérir des savoir-faire uniques dans les patines, les teintures et les faux corps. Ils lui permettront d’apporter dans ses collaborations à venir une vision très personnelle, grâce à la transformation de la matière et du corps des interprètes. 
Le jury des bourses et prix culturels 2019

Née en 1987 à Genève, Véronica Segovia est titulaire d’un CFC de créatrice de vêtements (2007) et d’une maturité professionnelle artistique (2009). Elle fait ses premiers pas comme habilleuse sur Calvin, Genève en flammes, formée par Cécile Vercaemer-Ingles. Elle devient rapidement couturière-habilleuse pour des compagnies de théâtre.

Puis des metteur.e.s en scène et musicien.ne.s, comme Isabelle Chladek, Patrick Mohr, Karelle Ménine ou encore Sandro Rossetti, l’invitent pour la création de leurs costumes. Entre 2011 et 2012, parallèlement à sa formation pour l’obtention d’un brevet fédéral de créatrice de vêtements, Véronica Segovia est couturière et assistante pour des costumier.ère.s et des scénographes, parmi lesquels Coralie Sanvoisin, Marie Barone, Mireille Dessingy, Roland Deville ou encore Fredy Porras.

En 2012, le Grand Théâtre de Genève l’engage comme habilleuse. Puis elle cofonde, en 2013, l’association Costumières & Cie. En parallèle, elle est sollicitée pour la création des costumes de Lefki Papachrysostomou, Cyril Kaiser, Delphine de Stoutz, Myriam Boucris, Claire Deutsch et Oscar Gómez Mata ou encore pour le Collectif Sur Un Malentendu.

Au fil de ces créations, Véronica Segovia expérimente le travail de l’ennoblissement de la matière, de façon autodidacte. Elle s’intéresse particulièrement à la recherche de matiérage et de texture en passant par la teinture et la patine sur textile.

Grâce à la Bourse culturelle Leenaards, j’ai l’opportunité d’élaborer un programme de formation sur mesure avec trois pôles techniques à expérimenter : bonneterie, teinture-patine et mixed media. L’acquisition de ces méthodes de travail artistique me permettra d’approfondir davantage mon propre langage, tout en m’offrant une plus grande liberté dans mes créations.