Instruments de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection

L’initiative « Santé intégrative & société », lancée par la Fondation Leenaards début 2021, part d’un constat : pour faire face à la maladie, près de 40% des patient.e.s ont recours à la médecine dite « non conventionnelle ». Et ce, alors même que le système de soins actuel ne prend que partiellement en considération ces approches de soins dites complémentaires. Les trajectoires individuelles des patient.e.s montrent d’ailleurs que la règle de l’opposition entre professionnel.le.s de la santé d’horizons différents est encore trop souvent la norme. Rassembler ces différents mondes, tel est l’objectif de cette nouvelle initiative.

 

La santé intégrative vise à allier les vertus des thérapies conventionnelles et non conventionnelles, tout en encourageant – au sein même du système de soins – les interactions et le développement de compétences multidisciplinaires aussi bien chez les soignant.e.s que chez les patient.e.s. Cette approche globale prend comme point de départ l’histoire individuelle de la personne, tout en reconnaissant ses compétences et en favorisant son autonomie. Partant de cette définition, l’initiative « Santé intégrative & société » souhaite réunir les actrices et les acteurs impliqués dans les différentes méthodes de soins pour stimuler un dialogue intelligible entre eux. Il s’agit en définitive de favoriser la concertation, la collaboration et la coordination – plutôt que l’opposition – entre soignant.e.s, patient.e.s et proches aidant.e.s.

Le développement de cette initiative – mené par la Commission scientifique de la Fondation Leenaards – a suivi un processus de réflexion incluant aussi bien des patient.e.s que des médecins, soignant.e.s et thérapeutes. Après plusieurs rencontres visant à définir les besoins et la pertinence de s’intéresser à la santé intégrative, une table ronde interdisciplinaire a réuni une trentaine de personnes de différents horizons.

Ces échanges ont permis de déterminer cinq vecteurs de développement en vue de la mise sur pied de l’initiative :

1. Donner la voix à la population
Ce premier vecteur vise à donner la parole et à comprendre les besoins des patient.e.s, et ce grâce à la réalisation d’une enquête populationnelle, menée en collaboration avec le ColLaboratoire de l’Université de Lausanne. Un « laboratoire citoyen » sera par ailleurs constitué dans le but d’engager les citoyen·ne·s au sein d’un processus de recherche de solutions – innovantes et concrètes – en vue de développer la santé intégrative.

2. Free jazz
Le second est un laboratoire d’expérimentation d’idées, entre personnalités d’horizons différents (neuroscientifiques, pathologistes, médecins, thérapeutes, infirmier.ière.s, patient.e.s, etc.), susceptible de donner du sens et d’expliquer les bénéfices potentiels ainsi que les convergences des différentes méthodes de soins et courants de pensée qui coexistent.

3. Définition d’indicateurs
L’initiative a favorisé la constitution d’un groupe d’expert.e.s ayant pour mission de répertorier les méthodologies déjà existantes – et celles à imaginer – visant à rendre compte de l’efficacité des processus de soins inhérents à la médecine intégrative.

4. Projets de recherche-action
Pour stimuler une meilleure compréhension et une application trans- et interdisciplinaire de la santé et des soins, un appel à projets de recherche-action a été lancé en janvier 2021.

5. Dialogue
Ce vecteur vise à assurer un dialogue efficient auprès des acteurs et actrices de la santé, du monde académique et du grand public, le tout en favorisant les échanges et l’apprentissage aussi bien sur le plan individuel que collectif. Parallèlement aux outils de communication classiques – et au contenu multimédia sur le site internet santeintegra.ch –, ce vecteur proposera un tour de Suisse romande des initiatives de médecine intégrative.