Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Florian Javet

Florian Javet

  • Culture
  • 2012

Florian Javet

Dessinateur

Né à Vevey en 1976, Florian Javet a étudié les arts plastiques à l’Ecole cantonale d’arts de Lausanne. Son travail de diplôme est récompensé par le Prix Ernest Manganel. Les années suivantes, il développe un travail autour de l’image médiatique et de l’objet au moyen d’installations in situ, de mises en place d’objets bricolés, de peintures molles et de dessins au scotch découpé.

En 2006, il obtient une résidence de six mois à la Cité des arts de Paris, ville où il résidera durant quatre ans. Au cours de cette période, il réduit sa pratique installatoire pour se consacrer à un médium unique: le dessin. Lors de son retour en Suisse, il publie deux livres de dessins, Mice Pack (Edi­tions Boabook 2010) et Doublure (Editions Ripopée 2011). La Fondation Alice Bailly lui décerne son prix annuel en 2011.

Depuis deux ans, Florian Javet poursuit ses recherches, essentiellement au pinceau et à l’encre de Chine sur papier. Il explore des espaces indéfinis, par exemple ceux qu’on pourrait situer entre une illustration et le texte qu’elle met en image. L’évocation d’une narration hors champ est très souvent présente.

Evitant à tout prix la littéralité, Florian Javet livre des images d’un abord clair qui, dans un second temps, instillent un sentiment de doute quant à la nature de leur représentation. Son corpus iconographique est nourri de références multiples et discontinues, allant de Urs Graf à Martin Kip­pen­berger, en passant par la bande dessinée ou le dessin satirique du XIXe siècle, références qui sont constamment re-mises en jeu, digérées et réactivées dans une production dense. Son travail inclut des motifs propres à l’histoire de l’art figuratif, dont la structure est brouillée par toute une variété de traits, hachures, taches et effets de matières, formant un langage en mutation perpétuelle.

Son intérêt pour les questions éditoriales et le statut de l’image dessinée le porte à expérimenter divers supports de diffusion, mêlant reproductions et dessins originaux. Ces ques­tions seront centrales dans son travail de l’année à venir.

La bourse Leenaards lui offrira la possibilité de publier une monographie revenant sur dix ans de production et comprenant des textes critiques permettant d'approfondir les enjeux théoriques de son travail. Il projette par ailleurs de réaliser une série de livres d'artistes à tirage limité et d'explorer plus à fond les possibilités de la lithographie, de la gravure sur métal et de la sérigraphie.
Le Jury