Instruments de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Jean-Stéphane Bron

Jean-Stéphane Bron, réalisateur

Interroger le réel à travers celles et ceux qui le façonnent. Ne pas restituer les seuls faits, mais comprendre leurs acteurs, aussi bien que les systèmes au sein desquels ils s’organisent, et qui les déterminent. Tel est l’art singulier du réalisateur Jean-Stéphane Bron. Qu’il s’agisse du subtil mécanisme de décision politique fédéral, de la crise des subprimes, de la personnalité d’un politicien réputé inapprochable ou de la vie d’une fabrique de rêves telle que l’opéra, ses films éclairent les réalités les plus complexes grâce à leur exceptionnel sens du récit. La Fondation Leenaards lui remet son Prix culturel 2020 pour cette acuité du regard si nécessaire en des temps où l’image brouille plus souvent qu’elle ne révèle.
Le jury des bourses et prix culturels 2020

Né à Lausanne en 1969, Jean-Stéphane Bron est un réalisateur suisse, diplômé de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Après Connu de nos services et La Bonne Conduite, nommé au Prix Europa et distingué par le prix Original Vision du New York Times, il réalise en 2003 Mais im Bundeshuus / Le Génie helvétique. Ce long-métrage documentaire, qui suit les travaux d’une commission parlementaire en charge d’une loi sur le génie génétique au Palais fédéral, demeure un des succès majeurs du cinéma suisse. Mon frère se marie, son premier film de fiction, largement autobiographique, fait l’objet d’un remake hollywoodien avec Robert De Niro et Diane Keaton. En 2010, Cleveland contre Wall Street, procès fictif de la crise des subprimes – présenté à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs –, est nommé en France pour le César du meilleur documentaire. Projeté en 2013 sur la Piazza Grande lors du Festival de Locarno, L’Expérience Blocher, portrait du leader national-populiste Christoph Blocher, déclenche une vive polémique. Tourné pendant une saison dans les coulisses de l’Opéra de Paris, L’Opéra sort dans plus de 20 pays et réunit près de 200 000 spectateurs dans les salles. Avec ce film, il obtient en 2018, pour la troisième fois, le Prix du cinéma suisse dans la catégorie meilleur documentaire.
Le film Le Cerveau, qui traite des recherches contemporaines dans le domaine du cerveau et de l’intelligence artificielle, sortira prochainement en salle.

Dans le documentaire, je cherche la fiction. Le réel, c’est juste le point de départ, pas le point d’arrivée. J’ai souvent filmé le pouvoir en action, qu’il soit politique ou économique, mais dans une perspective très intime. Mes films mettent en scène des personnages dont j’essaie de raconter les mouvements intérieurs.