Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Michel Corboz
  • Culture
  • 2008

Michel Corboz, chef de chœur et d’orchestre

Michel Corboz reçoit une première formation au Con­ser­vatoire de Fribourg, où il étudie le chant, la composition, puis la direction. Sa connaissance et son amour de la voix le conduisent à diriger des œuvres inspirées par elle: chœurs a cappella, cantates, oratorios, opéras baroques. Après avoir fréquenté longuement Monteverdi, Vivaldi et Bach, il se tourne avec bonheur vers les grands oratorios classiques et romantiques. Il fonde en 1961 l’Ensemble Vocal de Lausanne, groupe de chanteurs de haut niveau. Les distinctions et l’accueil de la presse pour ses enregis­trements – en précurseur – du Vespro et de l’Orfeo de Monteverdi, en 1965 et 1966, marquent le début de sa carrière internationale.

Depuis 1969, il est chef titulaire du Chœur Gulbenkian à Lisbonne, avec lequel il explore le répertoire symphonique. L’Ensemble Vocal de Lausanne et le Chœur Gulbenkian sont étroitement liés au parcours professionnel de Michel Corboz.

C’est avec ces deux formations qu’il effectue la plupart de ses concerts et de ses enregistrements (plus d’une centaine), maintes fois couronnés. Parmi ceux-ci, citons les Passions et la Messe en si de Bach, la Messe en ut mineur et le Requiem de Mozart, Elias et Paulus de Mendelssohn, la Messe de Puccini, les Requiem de Brahms, Verdi, Fauré et Duruflé, des œuvres de Frank Martin et d’Arthur Honegger. Il dirige sur invitation d’autres formations, dont l’OCL et l’OSR, le chœur et l’orchestre de la Radio danoise, le Neder­land­kam­mer­chor, le chœur et l’orchestre de la Communi­dad de Madrid, le chœur de la Radio bavaroise, le Sinfonia Varsovia et le chœur et l’orchestre du Teatro Colon à Buenos Aires. Il a enseigné la direction chorale au Con­ser­vatoire de Genève durant plus de vingt-cinq ans.

La République française l’honore du titre de Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres, et il est fait Grand-Croix de l’Ordre de l’Infant Don Henrique par le Président de la Répu­blique portugaise en 1999. Le Grand Prix de la Fondation Vaudoise lui est décerné en 1990 et le Prix de la Ville de Lausanne en 2003.