Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Nouvelles approches pour le diagnostic et le traitement des infections fongiques

Equipe de recherche

  • Dr Pierre-Yves Bochud (UNIL-CHUV)
  • Dr Zoltan Kutalik (UNIL-SIB)
  • Prof. Christian van Delden (UNIGE-HUG)
  • Prof. Oscar Marchetti (UNIL-CHUV)
  • Scientifique
  • 2013

Le génome de l’hôte et sa transcription : nouvelles approches pour le diagnostic et le traitement des infections fongiques

Les champignons peuvent causer des infections sévères, parfois mortelles, en particulier chez les patients ayant subi des interventions chirurgicales ou traités pour des leucémies. Le candida est le champignon le plus fréquent dans ces situations et on estime à plus de 400’000 le nombre annuel d’infections invasives à candida dans le monde. A l’hôpital, le candida représente la quatrième cause d’infections disséminées par le sang; en Suisse, environ 300 de ces infections surviennent chaque année, dont près de la moitié sont mortelles.

Malgré la fréquence de ces infections, leur diagnostic est difficile et souvent tardif. Pourtant, un traitement précoce est essentiel pour assurer la survie des patients. Il existe par conséquent un besoin urgent de développer de nouvelles méthodes diagnostiques, plus efficaces et fiables que celles actuellement disponibles.

Le projet a pour but (I) d’améliorer la prédiction de la survenue de candidémie (infection sévère à candida disséminée par le sang) chez des patients à risque, en raison d’une chirurgie ou d’une leucémie, et (II) de développer un test permettant un diagnostic précoce. Pour ce faire, les investigateurs proposent deux approches nouvelles basées sur la prédisposition génétique et la réponse de défense spécifique des patients à l’infection par candida, se distinguant de l’approche plus classique basée sur la détection du pathogène.

Il s’agira de comparer les gènes de patients avec des candidémies à ceux d’autres individus n’ayant pas développé de telles infections, malgré un profil de risque similaire. Cette «étude d’association génomique» permettra de développer un test génétique pour identifier à l’avance, parmi les personnes ayant des facteurs de risque classiques, ceux génétiquement prédisposés à présenter une candidémie. Ces patients  pourraient bénéficier d’une prise en charge individualisée, par exemple par l’administration prophylactique de médicaments contre les champignons.

Les investigateurs vont par ailleurs analyser la réponse immunitaire des patients infectés par le candida et la comparer à celle de patients infectés par d’autres germes ou de patients non infectés. La mise en évidence de «signatures de réponse» spécifiques au candida pourrait permettre de diagnostiquer plus rapidement ces infections et d’initier un traitement approprié plus précocement afin de limiter les complications et le risque de décès.

Le projet sera développé en collaboration avec le réseau suisse d’investigation des infections fongiques (Fungal Investigation Network of Switzerland, FUNGINOS). Il permettra de promouvoir efficacement la recherche clinique et translationnelle sur les infections fongiques dans la région lémanique, contribuant ainsi à placer les investigateurs suisses dans ce domaine à l’avant-garde sur le plan international.