Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Génome contre génome : l’impact des variations génétiques humaines sur les infections virales chroniques

Equipe de recherche

  • Dr. Jacques Fellay (EPFL-CHUV-SIB)
  • Dr. Evgeny Zdobnov (UNIGE-SIB)
  • Scientifique
  • 2015

Génome contre génome : l’impact des variations génétiques humaines sur les infections virales chroniques

Ecoutez l’interview du Dr. Jacques Fellay (émission « Corpus » – RTS La Première – 24 mars 2015) qui explique pourquoi les humains, en fonction de leur patrimoine génétique, ne sont pas tous égaux devant l’attaque des virus.

Interroger conjointement génome du patient et génome des virus qui l’infectent : une approche foncièrement innovante

Une infection virale peut être décrite comme un combat entre deux génomes : celui de l’hôte et celui du virus. Grâce à de récentes avancées dans les domaines de la génomique et de la bioinformatique, il est désormais possible d’étudier quelles variations dans le génome des humains ont un impact direct sur les virus et les symptômes qu’ils provoquent.

Dans cette recherche, 3 types de virus responsables d’infections chroniques importantes seront étudiés : le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), celui d’Epstein Barr (EBV, responsable de la mononucléose infectieuse et de certains lymphomes) et le cytomégalovirus (CMV, responsable de malformations congénitales et d’infections graves chez des personnes immunodéprimées). « La nouveauté de notre approche, c’est la possibilité d’interroger dans une même étude le génome du patient et celui des virus qui l’infectent » précise le Dr. Jacques Fellay. Les interactions entre variation génétique humaine et diversité des génomes viraux seront analysées au sein d’un groupe de 500 patients chroniquement co-infectés par les trois virus. Il y a encore quelques années, une telle recherche aurait été tout simplement impensable: « c’est grâce aux avancées technologiques et à la diminution drastique du coût des analyses génomiques que nous pouvons aujourd’hui imaginer une telle étude », souligne le Dr. Evgeny Zdobnov.

Ce projet pourrait conduire à l’identification de nouveaux mécanismes de défense contre ces pathogènes et à l’élaboration de stratégies préventives et thérapeutiques innovantes.