Soumettre projet

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection

Réveiller le système immunitaire pour lutter contre le cancer lymphatique

➡️ Traduction en anglais du communiqué de presse (01.06.2021)

« Nous cherchons à inciter le corps humain à lutter naturellement contre le cancer en activant le système immunitaire, plutôt que de s’attaquer aux cellules cancéreuses en les traitant par radiothérapie et chimiothérapie, agents chimiques connus pour leurs nombreux effets indésirables », explicite la Prof. Elisa Oricchio, chercheuse en cancérologie à l’EPFL, qui dirige l’équipe de recherche lauréate. « Notre approche est un renforcement de l’immunothérapie, qui est un véritable changement de paradigme dans la lutte contre le cancer. »

En collaboration avec la Prof. Caroline Arber, médecin spécialiste en hématologie et immuno-oncologie (CHUV – UNIL – Ludwig Institute for Cancer Research), et le Prof. Bruno Correia, en charge du laboratoire de conception de protéines et d’immuno-ingénierie à l’EPFL, cette équipe translationnelle cible plus particulièrement le cancer lymphatique, connu pour dérégler les globules blancs du système immunitaire suite à une prolifération anarchique de ces cellules. Au sein du laboratoire de la Prof. Elisa Oricchio, rattaché à la Faculté des sciences de la vie (SV – EPFL), la découverte d’une mutation de la protéine Cathepsine S – qui permet aux cellules cancéreuses de passer inaperçues et donc de ne pas être attaquées par les anticorps – offre des perspectives thérapeutiques intéressantes dans la lutte contre le cancer. Pour « bloquer » cette protéine tumorale et rendre « visible » les cellules cancéreuses aux lymphocytes T, le laboratoire mené par le Prof. Correia cherche à modéliser le bon inhibiteur à l’aide d’un modèle 3D.

« Une fois cet inhibiteur réalisé, il s’agit de le faire entrer au sein des cellules cancéreuses uniquement », explique le Prof. Correia. Si le blocage de la protéine est réussi, les lymphocytes T sont alors aptes à reconnaître les cellules cancéreuses et à les détruire. « Cette thérapie sera testée directement sur des cellules tumorales à l’aide des lymphocytes T obtenues chez les patient·e·s diagnostiqué·e·s avec un lymphome », précise la Prof. Caroline Arber. Et d’ajouter : « Au lieu d’injecter des agents chimiques toxiques pour détruire les cellules cancéreuses, il s’agit d’introduire en leur sein un bloqueur de la Cathepsine S afin de les rendre à nouveau visibles au système immunitaire. »

Nous cherchons à inciter le corps humain à lutter naturellement contre le cancer en activant le système immunitaire, plutôt que de s’attaquer aux cellules cancéreuses en les traitant par radiothérapie et chimiothérapie, agents chimiques connus pour leurs nombreux effets indésirables

Réveiller le système immunitaire pour lutter contre le cancer lymphatique

Equipe de recherche

  • Prof. E. Oricchio (EPFL)
  • Prof. C. Arber (CHUV – UNIL)
  • Prof. B. Correia (EPFL)
  • Scientifique
  • 2021
2021
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
+