Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Vie sexuelle et affective des personnes âgées en institution

Equipe de recherche

  • Prof. Alexandre Lambelet, EESP/HES-SO Lausanne
  • Prof. Valérie Hugentobler, EESP/HES-SO Lausanne
  • Âge et société
  • 14 novembre 2017

Vie sexuelle et affective des personnes âgées en institution

Etude exploratoire

Thématique et hypothèse

La vie affective et sexuelle des personnes âgées demeure aujourd’hui encore un sujet « tabou », a fortiori pour celles qui résident en institution. Rares sont les études empiriques plaçant au cœur de leur dispositif d’enquête la parole et les perceptions des personnes âgées elles-mêmes. Les quelques travaux consacrés à cette thématique se concentrent essentiellement sur la perception que les professionnels peuvent en avoir et sur leurs pratiques associées, et se déclinent sinon en termes philosophiques, éthiques ou encore juridiques.

Le but de cette étude exploratoire est d’éclairer ce qu’il en est véritablement pour les aînés : que mettent-ils sous les termes de vie affective et de sexualité ? Quelle importance leur accordent-ils ? Comment perçoivent- ils leur liberté et possibilité d’expression sur ce thème lorsqu’ils vivent en EMS ?

L’hypothèse de cette étude est que les attentes en termes d’expressions sexuelles et affectives – et les barrières perçues à ces expressions – varient selon les contextes et parcours de vie des personnes concernées (plus particulièrement leur parcours affectif préalable à leur entrée en institution).

Méthodologie

Une vingtaine d’entretiens compréhensifs seront menés, tant avec des résidents de différents EMS qu’avec des personnes vivant à leur domicile et fréquentant des Centres d’accueil temporaire (CAT), ceci afin d’analyser l’influence du contexte institutionnel sur la possibilité d’expression des désirs sexuels ou affectifs.

Résultats attendus

Cette étude vise à questionner l’opinion préconçue selon laquelle seul l’effet de l’âge expliquerait l’évolution de l’expression d’une vie affective et sexuelle chez les seniors. L’hypothèse de recherche est que les contextes socioculturels propres aux individus ainsi que le contexte institutionnel (EMS ou CAT) dans lequel ils évoluent sont aussi à prendre en considération. Plus largement, les résultats permettront d’identifier les attentes et besoins exprimés par les personnes âgées elles-mêmes, encore peu documentés à ce jour.

La vie sexuelle et affective constitue une dimension essentielle de la construction identitaire et des relations interpersonnelles de l’individu, seniors inclus. Cet aspect de la qualité de vie des aînés est cependant encore peu traité dans la littérature scientifique, pour deux raisons principales: les réticences à reconnaître son importance dans le grand âge et la difficulté à enquêter sur ces questions liées à l’intimité. L’approche ici est particulièrement originale, puisque l’équipe de recherche privilégie l’étude du point de vue des seniors eux-mêmes.
Le Jury