Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Kei Koito

Kei Koito, organiste

Kei Koito étudie la musique dès l’âge de 6 ans. Elle pratique le piano, le violoncelle, le chant, puis le clavecin, étudie la théorie, l’orchestration, l’analyse et la composition. A 16 ans, elle découvre l’orgue, qu’elle étudiera avec Luigi Ferdinando Tagliavini à Fribourg (musique ancienne et introduction à la musicologie) et avec Reinhard Goebel à Cologne (musique baroque).

Régulièrement invitée comme soliste par de prestigieux festivals et salles de concerts à travers l‘Europe, la Russie, les deux Amériques et l‘Asie, elle collabore également avec Musica Antiqua Köln pour les sinfonias des cantates de Bach ou les concertos pour orgue de Haendel, et avec l’Ensemble Gilles Binchois pour le répertoire de la Renaissance italienne et le répertoire classique ou préclassique français.

Pédagogue recherchée, elle donne des master class dans plusieurs conservatoires et universités. Elle est en outre ap­préciée comme membre du jury dans de nombreux concours internationaux d’orgue.

Professeur à la Haute Ecole de musique de Lausanne dès 1992, elle fonde en 1997 le Festival Bach de Lausanne et le Grand Prix Bach/Concours international d’orgue d’exécution & d’improvisation, événements dont elle assure dès l’origine la direction artistique.

Par une interprétation nouvelle et personnelle fondée sur le style ancien, Kei Koito réalise des enregistrements discographiques sur de magnifiques orgues historiques, reçoit de nombreux prix prestigieux et un accueil chaleureux et enthousiaste de la part de la presse et du public.

En 2014, elle participe à la publication Les maîtres de l’orgue français (8 CD) dans la collection Tempéraments de Radio France. Son nouveau CD, intitulé Organ music before Bach, vient de paraître chez Deutsche Harmonia Mundi-Sony Music. Le cinquième volume de la série Bach, Organ Masterworks, sur l’orgue F. Volckland (1732-1737) d’Erfurt sortira prochainement chez Claves.

 

Ce Prix culturel est remis à Kei Koito, «la plus Lausannoise des Japonaises», en hommage à son exceptionnelle carrière internationale, à son dévouement à la transmission de son art auprès des jeunes générations et à son engagement pour la diffusion de la musique baroque.
Le Jury