Critères de soutien

Fermer la sélection

Appel à projets

Fermer la sélection
Les déterminants de l’évolution de la qualité de vie des personnes âgées de 65 ans et plus en Suisse. 

Equipe de recherche

  • Prof. C. Burton-Jeangros, UNIGE
  • D. Zimmermann-Sloutskis
  • Âge et société
  • Novembre 2011

Les déterminants de l’évolution de la qualité de vie des personnes âgées de 65 ans et plus en Suisse. Une analyse longitudinale sur la base des données du Panel suisse des ménages 1999-2009.

La «qualité de vie» des personnes âgées suscite un important débat éthique et politique sur les moyens qu’il s’agit d’engager pour la garantir. Mais que sait-on de la qualité telle que les personnes âgées la perçoivent elles-mêmes au cours de leur vieillissement?

Le présent projet vise à mieux connaître les déterminants sociaux et sanitaires de la qualité de vie des personnes âgées et plus encore les causes de son amélioration ou de sa détérioration. Pour ce faire, deux chercheuses (une sociologue et une statisticienne) analyseront les données collectées entre 1999 et 2009 auprès de plus de 2’500 personnes âgées de 65 ans et plus. Collectées dans le cadre du «Panel suisse des ménages», ces données fournissent quelque 11’000 observations. La qualité de vie des personnes concernées y est mesurée par leur degré de satisfaction rapporté lors d’interviews annuelles quant à leur vie en général, leur situation financière, leur situation personnelle et relationnelle, leurs loisirs et leur santé. Les déterminants d’éventuels changements de leur taux de satisfaction, eux-mêmes résultant d’évènements positifs ou négatifs survenus dans leur vie, concernent le niveau économique du ménage, la situation de vie au quotidien, le soutien social à disposition, une éventuelle participation active à la vie associative, un niveau d’activité physique plus ou moins élevé durant les loisirs, ainsi que l’état de santé et l’autonomie fonctionnelle des personnes interviewées dans leur vie quotidienne. Les analyses tiendront également compte de caractéristiques telles que le genre, la nationalité et le plus haut niveau de formation acquis.

Le projet fera recours aux techniques et modèles éprouvés d’analyse statistique de données longitudinales. Une attention particulière sera portée aux différences entre les hommes et les femmes.

Les résultats des analyses devraient permettre de mieux cibler à l’avenir les interventions sociales et médicales planifiées pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées, en tenant davantage compte des appréciations de ces dernières.